Plume Fabre.jpg

JOURNAL DE LA FEMME CANON

Solo aérien pour une femme, une table et une corde lisse
Tout public
- durée 40 minutes -
Sortie prévue en avril 2020


Bribes d'intentions

 « Respirer. Témoigner. Ce que je suis, ce qu’on me demande, ce que je crois, ce que je voudrais être. Toutes les vies de ces femmes qui m’habitent. Mémoire de la femme à barbe que j’aurais pu être, de la combattante qui me martèle régulièrement la cervelle, de la rêveuse qui s’oublie parfois dans un recoin de mon corps. »

Une femme. Son corps. Des corps, qu'elle modifie. Cette obsession de la féminité, ce besoin de transformation permanent. Renverser les canons. Écrire un manifeste de l'autre beauté, des beautés multiples : cassée, musclée, enrobée, dure, bourrelée.

Jouer avec les stéréotypes, inspirée par "ces actrices refaites des pieds à la tête qui nous expliquent combien la beauté est une alchimie mystérieuse et insaisissable" (M.Chollet).

Longtemps, les femmes ont été contraintes, obligées de créer dans leur maison, leur chambre, sans avoir accès aux musées ou aux ateliers réservés aux hommes. Elles en ont fait une force : transformer ce quotidien pour parler de leur condition et de leur oppression. C'est dans cette idée que j'aimerais travailler l'espace intime, avec des objets du quotidien : On est peut-être dans sa cuisine ou dans sa chambre. "Il faut une chambre à soi" disait Virginia Woolf. Je propose d'ouvrir celle de cette femme au public.

Dans cette pièce il est question de beauté naturelle et artificielle, de ce corps qu’on ne cesse de vouloir transformer et qui se transforme aussi malgré nous, jusqu’où sommes-nous capables d’aller pour être ce qu’il nous semble beau ?

Un univers décalé, drôle et empreint de bouffonnerie. Une femme multiple, une femme "oignon", elle révèle par strate les codes de la beauté qui nous entourent et nous façonnent inconsciemment. Elle n'a pas de morale, elle joue, elle se moque. Elle n'a pas de limite, elle va toujours plus loin, autant dans ses démonstrations acrobatiques, que dans ses empilages de stéréotypes.

Les ravages de l'obsession de l'apparence, elle en fait son terrain de jeu.

Production - Cie La Femme Canon & Boite Noire
Aide à la création et résidence - Les Noctambules Nanterre, La Grainerie Toulouse, Le Plus Petit Cirque du Monde Bagneux, LéVA Auch, Le Centquatre-Paris, ARCHAOS
PNAC Méditerranée, La Mue - Karine Saporta, Cairon
Soutien - Région Ile France - Lauréate de la Bourse FORTE

 

DOSSIER ARTISTIQUE

téléchargez le dossier du spectacle pour plus d'informations sur le projet